Bordeaux Aquitaine Marine

La carrière navale de Henri d’Escoubleau de Sourdis, archevêque de Bordeaux

1. Brève Biographie   (Extrait de Wikipedia)

Fils cadet de François d'Escoubleau, marquis de Sourdis et d'Alluye, gouverneur de Chartres et premier écuyer de la Grande Écurie, et d'Isabelle Babou de la Bourdaisière, dame d'Alluye, tante de Gabrielle d'Estrées, Henri d'Escoubleau, né en 1593, passa son enfance au château de Jouy-en-Josas. Destiné à la carrière ecclésiastique, il hérita en 1623 de son oncle le titre d'évêque de Maillezais. Il prit part à la guerre de Trente Ans puis en 1628 combattit en tant qu'intendant de l'artillerie au siège de La Rochelle. L'année suivante, il prit la succession de son frère François à l'archevêché de Bordeaux. Cette succession, convenue plusieurs années auparavant, fut confirmée par un décret du Cardinal de Richelieu. Lors de l'Affaire des démons de Loudun, il tente de calmer l'agitation publique en faisant interner les malades et en mettant un terme aux exorcismes, mais il est pris de vitesse par le Cardinal de Richelieu qui, ayant en vue le démantèlement de places huguenotes dans la région, profite de ces événements pour y dépêcher son agent plénipotentiaire, Jean Martin, Baron de Laubardement. De Sourdis est reçu commandeur du Saint-Esprit le 14 mai 1633, mais l'année suivante, Jean Louis de Nogaret de La Valette, gouverneur de Guyenne, fait voler son chapeau d'un coup de canne lors d'une procession. Interdit de duel, Henri de Sourdis exige en vain l'excommunication de son offenseur, mais obtient son exil pour Plassac. Il poursuit néanmoins ses activités militaires et prend part à la libération des îles de Lérins en mai 1637. Il parvient à évincer Philippe de Longvilliers, chevalier de Poincy, du poste de vice-amiral de France. Nommé lieutenant général en considération de ses qualités de navigateur, Henri d'Escoubleau commande la flotte du Ponant et s'illustre contre les Espagnols par les victoires de Guétaria et de Laredo, mais subit le désastre de Fontarrabie (1638). Il tente d'en rejeter la faute sur l'un de ses officiers, Bernard de La Valette, duc d'Épernon, qui avait désobéi à son ordre de lancer l'attaque par peur d'un échec. De Sourdis obtient l'appui de Richelieu dans cette affaire, mais est remplacé par Jean Armand de Maillé-Brézé et affecté à la flotte du Levant. Sur ce nouveau théâtre d'opérations, il appuie le comte d'Harcourt et l'armée d'Italie lors du siège de Casale (1640), mais l'année suivante, échoue à tenir un blocus complet du port de Tarragone. À la suite de nouveaux revers militaires contre les Espagnols, il est accusé de trahison et perd la faveur de Richelieu, malgré les protestations de ses officiers. Il est exilé en Provence, puis finalement obtient l'autorisation de Louis XIII de regagner son diocèse de Bordeaux. Il sera cependant démis de ses fonctions d'archevêque par le pape parce qu'il a porté les armes. Il meurt en 1645 à Auteuil.

2. Sa carrière navale   (extrait de : Troude, O. - Batailles navales de la France – Challamel Ainé, Paris, 1867)

1635 – nommé chef des conseils du roi en l'armée navale. La guerre fut donc déclarée. Le 14 septembre 1635, les Espagnols prirent l'initiative en s'emparant des îles Lérins, sur la côte de Provence; ils les fortifièrent immédiatement. Louis XIII ordonna de mettre de suite en mer toutes les forces navales de la France. Il nomma Henri de Lorraine, comte d'Harcourt et d'Armagnac, généralissime des armées de terre et de mer du Levant et lui donna pour sous-ordre le marquis du Pont de Courlay, généralissime des galères. Henri d'Escoubleau de Sourdis, archevêque de Bordeaux, fut nommé chef des conseils du roi en l'armée navale près le comte d'Harcourt, pour l’assister dans tous les conseils qui se tiendront, et en toutes les affaires concernant le fait de ladite charge, et aussi avoir la direction de la subsistance déformée, vivres, munitions de guerre, équipages, fortifications de places, règlement des dépenses, jugement des prises, avec pouvoir de faire poudre et fondre artillerie et tout ce qui sera nécessaire. Le sieur Desgouttes, capitaine de pavillon de l'amiral, devait commander en son absence. Voici les instructions que le roi donna : “Instructions du Roi à l'archevêque de Bordeaux: “Chantilly, le 20 avril 1636. « Les trois escadres de Guyenne, de Bretagne et de Normandie étant jointes ensemble à la rade de Saint Martin de Ré, les 2000 hommes du régiment des îles avec les victuailles nécessaires à leur subsistance pendant huit mois, l'artillerie de terre avec son train et officiers étant chargés à bord des 12 flûtes et autres vaisseaux que le roi a ordonné être affrétés pour les  porter, et les 6 brûlots avec les feux d'artifice étant préparés, l'armée fera trois corps auxquels le sieur Desgouttes, commandant le vaisseau amiral, commandera aussi en l'absence dudit général ou d'autres à qui Sa Majesté aurait donné pouvoir. Le sieur Manty en sera le vice-amiral; le sieur de Poincy, le contre-amiral, jusqu'à ce que l'escadre du Levant ait joint l'armée. Après laquelle jonction le sieur baron d'Allemagne, chef d'escadre du Levant, sera contre-amiral, comme plus ancien chef d'escadre. Le sieur de Poincy se rangera près de l'amiral pour reprendre son poste, quand l'escadre du Levant se séparera. Le sieur Decaen fera la charge de sergent-major général et de bataille de l'armée, conformément aux règlements faits par le cardinal de Richelieu, pair, grand-maître, chef et surintendant général de la navigation et commerce de France. »   Après avoir pris une peine incroyable à contenter les capitaines des vaisseaux « qui avoient accoutumé à avoir l'argent du roi pour se promener de port en port du royaume, et être retombé dans les crieries des gens de pied qui croyoient avoir leurs commodités quand ils logeoient chez le paysan, » (1) l'archevêque de Bordeaux mit à la voile, le 23 juillet 1636, avec l'armée navale ci dessous: (1) Correspondance de M. de Sourdis L'année navale arriva à Toulon dans les premiers jours du mois d'août. Le 18, elle parut devant les îles Lérins, mais elle ne put atteindre le mouillage parce que le vent était contraire. A quelques jours de là, elle laissa tomber l'ancre sur la rade de Gourjan où M. de Beauveau, évêque de Nantes, la rallia avec 12 autres vaisseaux et une galère. Le 6 septembre, à défaut du vent qui lui refusait son assistance, l'amiral se servit des bras des chiourmes pour remorquer 20 vaisseaux qui, sous les ordres du vice-amiral Manty, devaient attaquer les galères espagnoles retirées dans le port de Morgues (Monaco). Peu confiantes dans le canon de la place, celles-ci sortirent dès qu'elles aperçurent les vaisseaux français. Il  n'y eut toutefois pas dégagement; un fort coup de vent obligea les Français à se retirer à Villefranche d'où, plus tard, ils rallièrent le reste de l'armée à Menton. Le 19, vers 6 heures du matin, 32 galères d'Espagne et de Florence furent aperçues se dirigeant vers ce port où elles croyaient probablement surprendre les Français. Mais leur chef se trompait; ceux-ci étaient disposés à les recevoir, et 12 des grands vaisseaux, pris à la remorque par les galères, se portèrent à leur rencontre. Les rôles changèrent alors: les galères espagnoles prirent chasse sous les boulets des vaisseaux français qui les canonnèrent pendant deux heures, mais ne purent les empêcher d'atteindre Saint-Rémi. Alors que, le lendemain, l'amiral français se disposait à les y attaquer, elles coupèrent leurs câbles et se prirent à fuir dans le plus grand désordre, en abandonnant un grand nombre d'embarcations. L'armée française ne les poursuivit pas et laissa tomber l'ancre. Changeant alors de tactique, l'ennemi se présenta, vers midi, à l'ouvert de la rade et manœuvra pour enlever quelques petits navires attardés. Il faisait calme plat; mais lorsqu'il vit les galères prendre plusieurs vaisseaux à la remorque, il se retira de nouveau. Larguant de suite la remorque, les galères françaises les poursuivirent : elles rallièrent les vaisseaux après leur avoir envoyé une bordée. Le commandant en chef fit voile pour Arassi (Arache), d'où les vaisseaux se rendirent à Villefranche; le défaut de vivres fit renvoyer les galères à Toulon. Les dissensions fâcheuses qui divisèrent les chefs appelés à prendre part aux opérations retinrent l'armée navale dans l'inaction la plus complète depuis le mois de septembre jusqu'à la fin de l'année 1636.

1638 - nommé lieutenant général et commandant en chef de l'armée navale.

Le 4 mars 1638, l'archevêque de Bordeaux fut nommé lieutenant général et commandant en chef de l'armée navale destinée â coopérer à la prise de Fontarabie dont le prince de Condé avait entrepris le siège. L'armée navale appareilla de l'île de Ré, le 29 juillet, et le 2 août, elle mouilla devant Fontarabie. Le 7, le sieur de Cangé la rallia avec une division qui était allée détruire quelques navires dans le port du Passage. L'arrivée de 11 nouveaux bâtiments porta l'armée navale à 64 voiles dont 44 galions; les autres étaient des frégates, des flûtes et des brûlots. Le 17, vers 8 h du matin, le chevalier de Montigny, contre-amiral de l'armée, qui croisait au large avec une division, signala 14 galions espagnols et 4 frégates; ces bâtiments, commandés par l'amiral Lopez, portaient des troupes à Saint-Sébastien. Le conseil de guerre réuni par ordre du commandant en chef émit l'avis que l'amiral devait sortir avec 10 galions et 5 brûlots, tandis que le vice-amiral Delaunay Razilly resterait au mouillage avec le reste de l'armée. L'amiral appareilla à 11 h du soir; mais la brise de terre manqua quelque temps après, et, drossé par le courant, puis menacé d'être entraîné à la côte, il fut forcé de laisser tomber l'ancre. Cette contrariété permit aux galions espagnols de mouiller sous les batteries de Gattary (Guetaria). Le calme retint l'armée française dans l'inaction pendant trois jours. Le 22, à midi, les batteries et les bâtiments ennemis furent attaqués par la Licorne de 30 canons, capitaine de Montigny, le Cygne de 30, capitaine de Cangé, la Marguerite de 16, capitaine de Chastellus, la Madeleine de 24, capitaine Dumay, la Salamandre de 24, capitaine Cazenac, le Griffon de 16, capitaine Lachesnaye. Le peu de profondeur de la rade empêcha l'emploi d'un plus grand nombre de bâtiments; mais ceux qui purent prendre place dans la ligne étaient accompagnés chacun par un brûlot que les capitaines Mata, Mole, Colin, Brun, Jamin et Vidault commandaient. Ces brûlots étaient eux-mêmes soutenus par l'Aigle de 16 canons, capitaine de Senantes; le Neptune de 16, capitaine Duquesne; la Perle de 24, capitaine de Boisjoly, et 3 autres bâtiments dont le nom n'est pas donné, mais qui étaient commandés par les capitaines Linières, Garnier et Paul. La lutte fut acharnée; l'artillerie des Français eut le dessus, et les brûlots complétèrent la victoire : tout ce qui ne fut pas coulé devint la proie des flammes. Le succès de cette affaire fut attribué au commandeur Desgouttes, lequel, écrivait M. de Sourdis, a su si bien ménager l'ordre de combat, les mouillages et l'avantage du vent, qu'ils ont causé le gain du combat. Les Français n'eurent pas plus de 40 tués ou blessés. 7 de leurs bâtiments avaient seuls des avaries de quelque importance. Les pertes de l'ennemi montèrent à 6,000 tués (1). (1) Correspondance de M. de Sourdis.

1639

Au printemps de l'année 1639, l'archevêque de Bordeaux prit le commandement d'une armée navale qui était réunie sur la rade de Belle- Isle. Une série de mauvais temps retint cette armée au mouillage jusqu'au 1" juin. Ce jour-là, elle put mettre à la voile, et le 8 elle parut devant la Corogne. 35 navires espagnols ou portugais se trouvaient sur cette rade, protégés par deux batteries et une estacade. Le commandant en chef jugea la position trop forte pour qu'elle fût attaquée, et n'ayant pu réussir à décider les Espagnols à sortir, il rentra à Belle-Isle dans les premiers jours de juillet. L'armée navale reprit la mer le 7 août, et se porta de nouveau sur la côte d'Espagne. Voici quelle était sa composition :

Bordeaux Aquitaine Marine - (c) tous droits réservés 2012-2018 - Alain Clouet - contact : dossiersmarine@free.fr